ÉTUDES

Caroline Sanchez, une formatrice par le jeu

Chargée de formation et référente pédagogies innovantes, Caroline Sanchez nous présente sa manière ludique d’accompagner les étudiantes et les étudiants dans leur cursus.

La bibliothèque de Clignancourt est l’une des quinze que compte l’université à Paris. Ses 3 500 m² d’espaces publics couvrent le premier cycle pour les sciences humaines et sociales et s’étendent au niveau recherche pour la musicologie. Dix-sept personnes y travaillent quotidiennement pour gérer le colossal fonds et orienter les usagers. Caroline Sanchez, chargée de formation et référente pédagogies innovantes, fait partie de cette équipe. À vingt-neuf ans, elle forme toute l’année les usagers pour qu’ils se documentent mieux.

Caroline Sanchez est bien loin du vieux cliché de la bibliothécaire grisonnante. En témoigne le large tatouage sur son avant-bras gauche qu’elle laisse s’échapper de sa manche, comme pour annoncer la couleur. La couleur, c’est d’ailleurs la première chose qui frappe quand on entre dans le bureau qu’elle partage avec sa responsable Magalie Le Gall. Éclairés par la lumière naturelle provenant d’une grande baie vitrée, les murs ont des allures de moodboards géants. Ils sont couverts de cartes, d’affiches, de photos et d’inspirations en tous genres, scotchées avec du masking tape flashy. Caroline s’installe derrière son bureau. Derrière elle, l’une des petites cartes affiche une citation qui sonne comme un leitmotiv : «There is an element of cool fun in every job that must be done » (1).

Former par le jeu

Caroline et sa responsable Magalie aident les étudiantes et les étudiants à mieux travailler grâce à des formations ludiques. « On évite de faire des TD où on parle pendant 1h30 devant des étudiantes et étudiants qui regardent leurs pieds », explique la jeune femme. Les deux formatrices sont au contraire adeptes de la pédagogie active : depuis septembre 2018, elles ont notamment mis en place un format de visite « gamifiée » de la bibliothèque. Pendant cinq semaines, les centaines de rayonnages se transforment en jeu de piste et plus de 1 000 étudiantes et étudiants apprennent à s’y repérer en résolvant des énigmes. À la rentrée 2020, suite à la crise sanitaire, elles ont su s’adapter en proposant des contenus numériques interactifs.

En dehors de la cruciale période de rentrée universitaire, Caroline Sanchez forme les usagers tout au long de l’année. Elle leur apprend à mieux se documenter, et par extension, à mieux apprendre. Comment citer sans plagier ? Comment écrire une bibliographie ? Comment vérifier ses sources ? Autant de questions sur lesquelles il semble indispensable d’être sensibilisé à l’heure où les sources, pas toujours fiables, les fameuses fake news, se multiplient. Le département Formation et innovation pédagogique de la bibliothèque de Sorbonne Université est d’ailleurs aussi à l’origine du jeu vidéo Hellink sur la fiabilité de l’information, dans lequel le joueur incarne une experte en cybercriminalité.

D’un lycée agricole aux BU

Mieux apprendre, c’est encore ce que la jeune femme transmet à la communauté étudiante en l’initiant par exemple à la technique du « sketchnote », la prise de notes visuelle sous forme de dessins, de schémas, de graphismes et de texte pour faciliter la mémorisation. Si elle a tant à cœur d’accompagner les étudiantes et les étudiants dans leurs études, c’est qu’elle a elle-même peiné à trouver sa voie. Après son bac, elle s’oriente vers une filière bien éloignée des livres : un BTS agricole. Suite à cette erreur de parcours, elle se réoriente vers une licence en lettres modernes à l’ex Paris-Sorbonne, puis un master professionnel Sciences de l’information et des bibliothèques à Villeurbanne.

Aujourd’hui, elle a le sentiment de pouvoir aider les gens, notamment grâce au tutorat qu’elle dispense en plus des formations. « On accompagne aussi les étudiantes et étudiants pour trouver leur voie, avec une unité d’enseignement dans laquelle ils doivent réaliser un poster en sketchnote sur une branche de métier ». En fin d’entretien, elle dévoile ce tatouage sur son avant-bras : « C’est une montgolfière, entourée d’oiseaux livres… Car le voyage est important pour moi, surtout celui de l’esprit », conclut-elle.

(1) « Dans tout travail il y a une part de plaisir à prendre »

Chronologie

  • 1991 : Naissance en région parisienne
  • 2015 : Master en Sciences de l’information et des bibliothèques à Villeurbanne
  • 2018 : Arrivée à Sorbonne Université en tant que chargée de formation et référente pédagogies innovantes. Mise en place des visites « gamifiées »
  • 2020 : Entrée dans l’équipe pédagogique de l’UE Orientation et insertion professionnelle des L1 Histoire/ Mise en place de cours en ligne sur le Moodle Lettres

Laissez un commentaire